Jazz à Ouaga 2019 : « Très fier d’avoir pu mener cette édition à bon port », Abdoulaye Diallo


Les rideaux sont tombés sur la 27e édition du festival Jazz à Ouaga ce samedi 04 mai 2019 à l’Institut Français, en présence de nombreuses autorités. Une trentaine d’artistes ; 9 soirées toutes aussi belles les unes que les autres ; tel a été Jazz à Ouaga 2019. Pour le Président, M. Abdoulaye Diallo, le bilan est très satisfaisant, malgré certaines difficultés.

Cette soirée du samedi 4 mai a été mémorable. Et pour cause, c’était la clôture de la 27e édition de Jazz à Ouaga. M. Dominique a commencé par féliciter Jazz à Ouaga, particulièrement son Président Abdoulaye Diallo et son Directeur Artistique Anselme Sawadogo, pour la longévité et la constance. Il a tenu à justifier sa reconnaissance par des citations fortes de M.C Solar et Louis Amstrong : « Si le Rap excelle, le Jazz en est l’étincelle » ; « Ce que nous jouons c’est la vie ». Il a surtout apprécié l’esprit de Jazz à Ouaga qui symbolise « la liberté, la créativité, la symbiose ». M. Dominique a par ailleurs marqué par sa présence la réouverture symbolique de l’Institut français au public depuis le 02 mai.

27 ans de pouvoir incontesté

Le Président de Jazz à Ouaga a commencé par confirmer cette phrase de son discours d’ouverture : « Le festival est au pouvoir depuis 27 ans et aucune insurrection quelconque ne pourrait compromettre ce pouvoir ». Il avoue cependant que l’édition a été jalonnée de complications depuis son organisation jusqu’à sa clôture. Malgré les difficultés, Jazz à Ouaga s’est soldé par 9 soirées, 36 groupes sur scène, une résidence de création faisant un clin d’œil au Sahel, le village du Festival, la danse en Jazz. Au nom du Comité d’organisation et du Bureau de Jazz à Ouaga, M. Abdoulaye Diallo a humblement présenté ses excuses pour les imperfections, avant d’adresser ses sincères remerciements aux artistes, aux partenaires et sponsors, aux bénévoles du Comité d’organisation, aux équipes techniques et surtout au grand public.

Après ces discours introductifs, la soirée a pu commencer. Pour l’occasion, le public a eu droit à des concerts époustouflants avec Patrick Kabré du Burkina et John Yalley de la Côte d’Ivoire. Des artistes qui ont su embraser le public et le faire danser et chanter.

A l’issue de la soirée, le Président de Jazz à Ouaga a exprimé son satisfecit vis-à-vis de cette édition. « On est très fier d’avoir pu mener cette édition à bon port et d’avoir pu respecter le programme. Tous les groupes programmés ont joué. On est content du public aussi : certains ont pris part à toutes les soirées », s’est-il réjoui.

M. Abdoulaye Diallo donne dès lors rendez-vous du 24 avril au 2 mai 2020 pour la 28e édition qui “sera encore plus relevée”. “C’est le défi que nous nous lançons chaque année : faire mieux sinon autant que l’édition précédente. On a réussi à maintenir un certain niveau ; on n’a plus le choix”, explique-t-il.