Jazz à Ouaga : Awa Boussim et Manou Gallo donnent des leçons


Dans la soirée du dimanche 28 avril 2019, deux grandes dames se sont succédé sur la scène de Jazz à Ouaga, au CENASA. Il s’agit de Awa Boussim du Burkina et Manou Gallo de la Côte d’Ivoire. La soirée a été très riche en mélodies, en instruments et aussi et surtout en enseignements. C’est tout cela Jazz à Ouaga !

Première à monter sur scène, Awa Boussim, Kundé d’or 2018, avait pour défi principal d’éveiller un public en attente. Elle commence à titiller la salle, notamment ses parents à plaisanterie les Gurunsi. Une attitude qui traduit bien la volonté de Jazz à Ouaga de rassembler, d’égayer, de renforcer le vivre-ensemble. Une fois le contact établi avec son public, place au show. Avec deux instrumentistes seulement, elle réussira à mettre le public dans son ambiance. Entre rythmes entraînants, pas de danse traditionnels et chants envoutants, l’artiste a confirmé son mérite du Kundé 2018 et sa renommée internationale.

Manou Gallo ! Que dire ? Il y a tant à dire sur cette dame qui a une maîtrise parfaite de la guitare basse. Ivoirienne, elle n’est plus à présenter pour les mélomanes jazz avertis. Sur scène, elle a fait rêver le public en le faisant voyager du Blues au Rock en passant par le High-life, le Fun et bien-sûr le Jazz. Accompagnée d’un batteur, d’un bassiste et un pianiste tous déchainés, elle a mis le feu à toute la salle. Son énergie contagieuse a poussé le public à chanter et à danser avec elle. Elle confirme qu’elle est la reine du groove africain.

A l’issue de sa prestation, Manou Gallo s’est confiée à Jazz à Ouaga. « C’est ma première fois de prester à Jazz à Ouaga et je suis très contente. Elle a apprécié son public qui a été très chouette pour elle. « Ils ne connaissent pas ma musique mais ils sont très bien rentrés dedans et c’était sympa », se réjouit-elle. Est-ce qu’elle voudrait revenir ? « Mais bien-sûr ! Il faut que je revienne l’année prochaine etd’autres années encore. Là on n’était que 4 mais il faut qu’on revienne avec toute la bande ».

Pour la petite histoire, la veille, Manou Gallo a presté à Saint-Louis au Sénégal jusqu’à 3h du matin puis a passé toute la journée à l’aéroport pour vol annulé. Ce n’est qu’à 20h30 qu’elle arrivera à Ouaga pour enchaîner avec un concert époustouflant au CENASA avant d’aller jammer au village du festival, dans la cour du FESPACO. Bravo MANOU GALLO. Quelle belle leçon de courage, de générosité, de passion ! Quelle belle leçon de Jazz !