Jazz à Ouaga : L’ambassadeur des USA sous l’admiration de Vieux Farka Touré


Le festival Jazz à Ouaga se poursuit avec toujours des artistes de talent. A l’occasion de la journée mondiale du jazz, ce 30 avril, nous avons préparé une soirée spéciale pour les fans de jazz. Au programme, le groupe ghanéen Nii Obli & The Accra Jazz Quintet et le grand, l’incontournable Vieux Farka Touré. Comme nous l’avions prédit, le Malien a mobilisé un public très nombreux. Avec son groupe, il a séduit son public.

                 Vieux Farka Touré et son groupe en pleine prestation

Quoi de plus normal que de rendre inoubliable cette soirée ? Pour ce faire, « nous avons choisi ce groupe ghanéen qui fait du jazz pur. Et à côté, il fallait mettre aussi une des grosses pointures de cette 26e édition, Vieux Farka Touré, le fils de son père qui fait du jazz pur mandingue », explique le président du festival, Abdoulaye Diallo.

Le Jazz Accra Sextet, a eu l’honneur d’ouvrir le bal. Le public a adhéré à la musique de ces jazzeurs du Ghana. Ces talentueux jeunes ont réussi haut la main le défi de séduire le public en attendant…

 

                                                         L’entrée fracassante de Vieux Farka Touré

         Vieux Farka Touré

Le best of de la soirée, c’était sans aucun doute la prestation du célèbre Vieux Farka Touré. L’engouement du public le démontre d’ailleurs, si besoin était. A travers plusieurs titres endiablés, l’artiste, en parfaite symbiose avec son groupe, tient le public en haleine plus d’une heure. Très inspirée par Vieux Farka Touré, le public ne s’ennuie guère. L’un des titres phares que le chanteur a joué ce soir-là était celui qu’il a emprunté à son paternel Ali Farka Touré : « Walaya doux ». Vieux Farka Touré ne cherche pas qu’à ambiancer son public. C’est ce qu’il prouve par ce titre qui interpelle les Hommes à abandonner leur lâcheté ainsi que les mauvaises pratiques. Pour le chanteur, si tout le monde vivait et prenait les choses positivement, « il n’y aurait pas de problème ». Vieux Farka Touré a émerveillé son public tout le long de sa prestation. A telle enseigne que quand il descendit de la scène, il lui fut scander de « bisser » (Ndlr : reprendre). Et le chanteur de donner instruction à ses musiciens de remonter pour exécuter la demande des amoureux du Jazz. Vieux Farka Touré confiera à la fin, que c’est capital de « donner du plaisir à son public ».

Par ailleurs, un fait marquant de la soirée a été le mot de l’ambassadeur des Etats-unis à l’endroit de Vieux Farka Touré. Andrew Young a exprimé sa fierté à l’endroit de cet artiste malien engagé qui se bat pour la paix au Mali et en Afrique. Pour lui, c’est un exemple à suivre.

Crédit Photo : Bello Bello