Programme Jazz à Ouaga 2004


12e EDITION

du 23 avril au 1er mai 2004

OUAGADOUGOU | BOBO-DIOULASSO

PROGRAMMATION 2004

Jazz à Ouaga 2004

Jazz à Ouaga avait pour ambition, au regard de l’engouement de plus en plus grandissant du public et des musiciens burkinabé de proposer une programmation de qualité. Tout ceci en considération du fait que depuis quelques années déjà, il se positionne comme le rendez-vous musical incontournable dans le paysage culturel burkinabé.

Programme artistique

Le programme artistique de cette année a donc été des plus éclectiques et des plus riches.

Jazz à Ouaga 2004 a ainsi proposé, pendant une dizaine de jours aux mélomanes, une diversité de rythmes et de sonorités. Des Bigs-band (Soulaya et le Grand Orchestre de Rido Bayonne ), au jazz méditérannén (Mezcal Jazz Unit), le Festival 2004, a su intéresser en même temps, les puristes de jazz avec Philippe Duchemin Quartet, les amateurs du jazz, version hard, en proposant le tonitruant Jazz Pistols, les amoureux du jazz langoureux et soft et surtout d’inspiration traditionnelle avec le Trio Karuna avec son étonnant programme ” Indian Song book “.

En outre, St Bol avec son Afro-jazz, version ziglibity et bikutsi et John Arcadius, ce musicien-vodou, transportèrent les connaisseurs de cette musique fusionnelle d’inspiration jazz vers des rythmes envoûtants.

Avec les ” joyeux-lurons ” de Soulaya, ces belges à l’allure un peu décalé, le reggae et le ”ska” endiablée et tonitruant fit sensation, en même temps qu’ils permirent de montrer la spécificité de Jazz à Ouaga qui a toujours refusé de s’enfermer dans un carcan.

Les Sofaa de Bamako et Dick de Graaf, en alliant avec dextérité, rythmes mandingues et sonorités de sax, démontrèrent toute la richesse et tout l’intérêt que peut comporter ce genre d’échanges.

Après avoir écouter Saïd, Veneem, Kantala, et Tim Winsé (ce samo-musicien !), les amateurs ont compris que le Burkina regorge de valeurs musicales sûres, qui vont certainement faire parler d’eux bientôt sur des festivals d’Afrique et d’ailleurs.

Jazz à Ouaga 2004, en rendant hommage, lors de la soirée ” Racines ” à ces musiciens pas connus du fonds du pays, leur a permis de faire connaissance avec la grande scène.

A regarder ces flûtistes gourounsi déchaînés, ce vieux guitariste bissa en extase et ce trio de peulh à la prestation époustouflante, devant un public émerveillé, nous sommes sûr d’avoir fait un plus dans la promotion de la musique burkinabé.

Pour résumer l’esprit de la programmation artistique de Jazz à Ouaga 2004, reprenons ces mots de Jean Marie Djiguimdé, Président de l’Association Jazz à Ouaga, lors de son discours de clôture le samedi 1er mai dernier : ” La programmation 2004 de Jazz à Ouaga a été très riche et diverse : après avoir apprécier les rythmes Vodous du Bénin et Bantous du Cameroun, nous avons eu a savouré les mélodies Jazzy de la Méditerranée et le Jazz Rock allemand ;

suivirent le Ska venu de Belgique et le Jazz ”onctueux” venu de France ; les chants traditionnels indiens ne furent pas en reste ; puis les polyphonies Bissa, Peul et Gourounsi, vinrent nous convaincre que cette musique est vraiment universelle. Après avoir découvert le ”Groove Samo” et le Jazz Mandingue à la sauce Hollandaise, vous avez certainement compris que le Jazz, c’est ÇA ET RIEN D’AUTRE !! ”

Le haut niveau des groupes invités à Jazz à Ouaga 2004 et une bonne campagne publicitaire, a favorisé une participation maximale du public ; Soulignons que lors de la quinzaine de concerts, la régularité et la présence effective d’un public de connaisseurs, acquis à la cause du festival se sont fait remarquées. C’est ainsi que tous les soirs, 400 à 500 spectateurs potentiels étaient attendus.

Au total, Jazz à Ouaga 2004 a drainé environ 5.000 spectateurs lors des neuf (9) concerts à Ouaga et des quatre (4) concerts à Bobo-Dioulasso.

A ce nombreux public, il faut ajouter tous ces ”noctambules” qui prolongeaient les soirées, en compagnie des organisateurs, des journalistes et des artistes au Village du Festival qui, cette année, avait installé ses pénates dans le cadre sympathique du Jardin de l’Amitié Ouaga-Loudun (sis rond-point des Nations Unis).

En conclusion, nous pouvons dire que sur le plan de la programmation, Jazz à Ouaga 2004 est resté fidèle à sa philosophie : avoir un programme à base de jazz, sans pour autant s’enfermer dans un purisme béat, en faisant une ouverture à toutes ces musiques créatives, créatrices, innovantes et simplement ”bonnes”.

La projection de films

Comme les années précédentes, et en collaboration avec le Centre Culturel Américain, une projection cinématographique a eu lieu le lundi 26 avril 2004. Le film, qui portait sur un concert ”live” de BB King a été suivi d’un mini-concert avec le quartet ” Ablo-Sylvain-Cyrille-Diabaté “. Un sympathique cocktail servi à cette occasion a permis aux 200 spectateurs présents, d’échanger cordialement, autour d’un pot, dans une ambiance décontractée.

PARTICIPANTS 2004

La mise en œuvre de Jazz à Ouaga 2004 a connu la participation effective des groupes suivants :

Du Burkina Faso :

  • Tim Winsey et le Wassamana (6 musiciens)
  • Abdoulaye Traoré & Kantala (6 musiciens)
  • Saïd Ilboudo (6 musiciens)
  • le groupe “Veenem” (6 musiciens)
  • Goungoué de Tangasgo (Tiébélé), Polyphonies gourounsi (8 personnes)
  • Fomtugol de Dori, Polyphonies peulh (3 personnes)
  • Lingani Harouna et son groupe, Polyphonies bissa (6 personnes)
  • et 7 musiciens qui ont complété le Grand Orchestre de Rido Bayonne

De Côte d’Ivoire :

  • St Bol (12 musiciens )

Du Mali

  • Les Sofaa de Bamako ( 11 musiciens)

D’Allemagne:

  • Jazz Pistols (3 musiciens)

De Belgique

  • John Arcadius (9 musiciens)
  • Soulaya (11 musiciens)

De France :

  • Le Grand Orchestre de Rido Bayonne (12 musiciens)
  • Mezcal Jazz Unit (4 musiciens)
  • Philippe Duchemin Quartet (4 musiciens)
  • Trio Karuna (3 musiciens)

Des Pays-Bas:

  • Dick de GRAAF (musicien-formateur)

Au total, Jazz à Ouaga 2004 a donc connu la participation effective de 116 musiciens venus d’Afrique et d’Europe.